Le Chemin de fer Decauville de l'Exposition universelle de 1889

Introduction

MAD

Vue générale de l'Exposition universelle de 1889. On distingue de gauche à droite le Palais du Trocadéro à gauche (1878), la Tour Eiffel centrale, les deux palais de Formigé de chaque côté du Champ-de-Mars, puis le Dôme central, diverses galeries latérales, et enfin, à droite, l'imposante Galerie des machines.
Etat actuel (oct. 1888) des travaux in L’Exposition de Paris-Librairie Illustrée

Exposition Universelle de Paris 1889 Centenaire de la Révolution française 1789
Cette exposition qui se déroula du 6 Mai 1889 au 31 Octobre avait pour but la commémoration du 100ème anniversaire de la Révolution française
La mise en route fut commencée avec énormément de retard et ce n’est seulement qu’en mars 1887 que les états furent invités, c'est la raison pour laquelle certaines grandes Nations ne purent y participer.
Le succès de cette exposition était principalement dû aux deux ouvrages d’art qu'étaient : la tour Eiffel et le Palais des Machines.
Pour l’époque ces deux structures étaient techniquement avancées et impressionnantes par leurs dimensions : la tour Eiffel par sa hauteur et le Palais des machines par sa superficie ; de plus elles étaient réalisées en fer, qui était un matériau innovant dans l'architecture et déjà très répandu à l’époque.
De nombreux spectacles, feux d’artifices, fête vénitienne et illuminations contribuèrent aussi largement à ce succès.
La surface totale de l’expo était de 116 hectares qui se répartissaient sur le Champ de Mars, les bords de Seine, le Trocadéro ainsi que sur le parvis des Invalides.
Le financement de 46,5 millions de francs, pour réaliser cette exposition, fut pris en charge pour 25 millions par l’État et la Ville de Paris, pour ce qui est du reste le prix du billet d’entrée, les revenus des concessions, la vente des matériaux provenant de la démolition des bâtiments et la vente de matériel permirent de combler le trou et même de faire 8 millions de bénéfice.

Dans les dispositions générales, L'article 7 prévoyait un "Chemin de fer des visiteurs" pour assurer la desserte des divers points d'attraction entre l'esplanade des Invalides et l'extrémité du Champ de Mars distance longue de 3 kilomètres..

Exposition universelle 1889. Paris - Rapport général. 1889 - Dispositions générales Paris (1891), Tome 2 - cnum

 

Le projet du chemin de fer
La concession de construction de chemin de fer fut attribuée à deux entrepreneurs de Travaux publics réputés à l'époque, MM. Gaillot et Gallotti1. Ces derniers devaient installer une ligne de desserte en voie métrique, écartement retenu dans les préconisations de la loi du 11 juin 1880, concernant les chemins de fer d'intérêt local. Malheureusement le tracé retenu comprenait près de la Tour Eiffel une courbe très serrée (de 30 m. de rayon), incompatible avec ce type de voie. M. Paul Decauville, qui avait déjà expérimenté la voie de 50 durant l'exposition de 1878 pour le transport des colis et marchandises rencontra ces deux entrepreneurs qui firent appel à lui en novembre 1888 pour l'utilisation de la voie de 60 qui entre temps avait déjà trouvé maintes applications civiles et militaires. C'est par conséquent lui qui fut choisi pour la construction et l'exploitation du "Chemin de fer intérieur" qui devait desservir l'exposition qui s'étendait sur 116 hectares2. Bien qu'à cette époque, la voie de 60 se limitait au transport des marchandises et pour l'activité militaire et était proscrite3 pour le transport des voyageurs, c'est elle, qui, par sa souplesse et sa facilité d'installation fut construite. La courbe de 30 mètres de rayon4 du Champ de Mars pour pénétrer dans l'avenue de Suffren en fut un des principaux arguments.
Il était convenu que Paul Decauville construirait la voie et fournirait le matériel roulant et que le bénéfice dégagé de l'exploitation serait partagé entre Paul Decauville et MM. Gaillot et Gallotti.
La surveillance de l'exécution des travaux a été confiée à M. J. Charton, ingénieur en chef adjoint du contrôle des constructions métalliques, qui s'est particulièrement occupé de l'installation des voies ferrées5 au Champ de Mars.
La pose fut achevée le 1er mai entre la Concorde et la Tour Eiffel et le 15 juin de la Tour Eiffel au Palais des Machines.
La ligne comprenait deux stations et trois haltes et avait une longueur de trois kilomètres. Elle fonctionna dès le 5 mai, le jour précédent l'inauguration jusqu'au 30 octobre. 


Guide illustré de l'Exposition de 1889 - cnum

L'Exposition universelle de 1889 - Grand ouvrage illustré, historique, encyclopédique, descriptif - Tome 1 - Émile Monod - Paris, 1890

Deux présentations sommaires du chemin de fer intérieur.

L'usage des lignes à écartement réduit bénéficie depuis quelques années d'un développement considérable, tant pour les usages industriels et militaires que pour le transport des voyageurs et l'établissement de voies de pénétration aux colonies, tout ce qui concerne des installations semblables est à l'ordre du jour. Aussi le chemin de fer-tramway de M. Decauville, outre les services qu'il rendra aux nombreux visiteurs de l'Exposition, présentera-t-il, au point de vue technique, un réel intérêt, tant par la voie que par le matériel employé.
F. Frédéric Moreau, Ingénieur civil des Mines - 1889

C'est grâce à cette démonstration convaincante que la voie de 60 fut par la suite reconnue et autorisée à transporter des voyageurs dans le cadre des chemins de fer départementaux.

Les moyens de transports pour se rendre à l'exposition
Ces moyens sont au nombre de cinq :

  • le chemin de fer
  • les voitures de place
  • les omnibus et tramways
  • les bateaux mouches, hirondelles et autres
  • les tapissières, chars à bancs et services d'occasion

Concernant les chemins de fer, la gare du Champ de Mars est desservie par les trains de ceinture, par les trains directs de la gare Saint-Lazare qui partent deux fois par heure (à 20 et 40 et supplémentaires).
Le prix des places est de 1 fr. en 1ère classe, 50 cent. en seconde pour le billet d'aller et retour.
Guide illustré de l'Exposition de 1889.

Le chemin de fer Decauville à l'exposition universelle


La Nature
- Revu
e des sciences et de leurs applications aux arts et l'industrie - 1889

 

Sommaire :

 

Notes :
  • 1 Paul Louis Gallotti (1838-1926) a construit le tramway à voie métrique de Saint-Gratien à Montmorency (6,4 Km) qui fonctionna de 1897 à 1937 suite à l'échec du projet de Jean Larmanjat. (voir Le tramway Montmorency—Enghien—St Gratien. Paul Gallotti dirigeait la Compagnie générale de Traction
  • 2 Soit 41 hectares de plus que l'Exposition de 1878 qui occupait le Champ-de-Mars et la butte de Chaillot.
  • 3 L'emploi de la voie de 60 était proscrit pour le transport des voyageurs depuis la circulaire ministérielle du 12 janvier 1888.
    Cette interdiction fut levée suite à l'exposition de 89.

  • 4 D'après le cahier des charges, la courbe faisait en fait 43 m de rayon sur un quart de cercle.
  • 5 Il faut entre ici l'ensemble des voies normales et de 60 qui ont servi au montage et démontage de l'exposition.
    (voir chapitre Les voies ferrées destinées au transport des matériaux

 Sources :

  • "L'Exposition de Paris - 1889" - Fascicule édité pour l'Exposition universelle de 89.
  • L'Exposition universelle de 1889 - Grand ouvrage illutré, historique, encyclopédique, descritptif -  Tome I - 1890 - cnum
  • Guide illustré de l'Exposition de 1889 - cnum
  • Exposition universelle. 1889. Paris - Rapport général. 1889 - Dispositions générales Paris (1891), Tome 2 - cnum
  • Exposition universelle 1889. Paris - Rapport général. 1889 - Dispositions générales Paris (1891), Tome 2 - cnum
  • http://paristeampunk.canalblog.com/archives/2017/02/25/34980558.html
  • Decauville ce nom qui fit le tour du monde - Bailly - Amattéis - 1989

 

Si une image de cette page vous paraissait non libre de droits, merci de m'en faire part

Page precedente