Images de la ligne

Les lignes 62, 62 bis & 63 - Neuilly—Maisons-Laffitte 5/6

Marc André Dubout

Houilles

En 1902, la traversée de Houilles a posé des problèmes de travaux importants concernant l'écoulement des eaux entravées par les rails du tramway. La création d'un égout est requis par la Compagnie des Tramways. D'autre part c'est la voie surélevée qui pose problème à la traversée des rues.
Dans Houilles, la ligne suivait le boulevard Émile Zola et son prolongement boulevard Henri Barbusse. Il y avait trois arrêts :

  • "Rue de Pontoise" à l'intersection de la rue Camille Pelletan
  • "Rue du Bel Air" intersection rue Émile Combe
  • "Rue de Bezons"  Aujourd'hui rue Émile Zola
ligne62_117.jpg (117804 octets) L'arrêt de Bel Air nouvellement octroyé a posé au début quelques petites réclamations d'usager comme le montre cette lettre envoyée directement au maire de Houilles suite à un arrêt non observé par le wattman qui de surcroît fut grossier.
(Archives
du service Archives-Documentation de Houilles)
ligne62_119.jpg (92940 octets)

Même les sapeurs-pompiers présentent leur doléance au sujet, non pas des bouches à incendies, mais de leur utilisation qui les obliges à creuser une tranchée sous la voie pour passer le tuyau sans avoir à entraver le service du tramway.
(Archives du service Archives-Documentation de Houilles)

 

À gauche rue Gabriel Péri. Vue en direction de Maisons-Laffitte.

Ces clichés sont pris de la rue Gabriel Péri. Vue en direction de Bezons. Comme on le voit, la voie dévie vers la gauche en direction de Sartrouville et Maisons-Laffitte.
Seulement quelques maisons bordent la route qui a gardé son aspect champêtre à l'aube de ce XXème Siècle.

(Archives du service Archives-Documentation de Houilles)
En direction de Maisons-Laffitte, une motrice A2 se dirige vers Bezons. Les travaux d'écoulement sont à la charge des communes et la compagnie les récuse. Non loin du quartier des Blanches et du marchand de fers Devier.
Arrêt "rue de Pontoise" avec son abri de quai fourni par la Société Industrielle de Construction d'Abris Publics. Vue en direction de Maisons-Laffitte.
Arrêt rue des Blanches aujourd'hui rue de Stalingrad dit Arrêt "rue de Pontoise".
Rue des Champs aujourd'hui rue Séverine. En direction de Bezons.
Devant combien de cafés cette motrice est-elle passée au cours de sa carrière ?
À gauche l'abri d'un des arrêts route de Maisons-Laffitte (boulevard Henri Barbusse).
Noter la faible rampe en direction de Sartrouville.
En haut de la rampe, route de Maisons-Laffitte vue en direction de Bezons.
Au niveau de la rue E. Branly.
Même vue de l'autre côté de la route.
Croisement de la route de Maisons-Laffitte et de la rue E. Branly.
Route de Maisons-Laffitte vue en direction de Maisons.
(Archives du service Archives-Documentation de Houilles)

 

Route de Maisons-Laffitte vue en direction de Bezons.
(Archives du service Archives-Documentation de Houilles)

La compagnie de Tramway consentit à mettre à disposition les poteaux support du fil d'alimentation pour servir de support à l'éclairage axial des routes comme dans ce document de 1925 c'est le cas pour la route de Maisons-Laffitte sur la commune de Houilles. Certaines modalités sont à respecter cependant :

et surtout la compagnie ne saurait engager sa responsabilité en aucune manière.

Il est certain par ailleurs que l'établissement de la ligne avait entraîné certains inconvénients de salubrité, aussi les maires devaient de temps à autres écrire au directeur de la compagnie pour lui signaler certains points d'insalubrité et de mauvais état des caniveaux bordant la ligne.

ligne62_116.jpg (34398 octets) Parfois des dessins rapidement couchés sur le papier faisait office d'argument pour appuyer la requête.
(Archives du service Archives-Documentation de Houilles)
L'intersection avec la Grand Ceinture a constitué un point singulier sur cette ligne de tramway puisqu'elle coupait à niveau la ligne de chemin de fer de la Grande Ceinture. L'ingénieur des Ponts et Chaussée écrit en 1906 une lettre au Président du syndicat des Communes de Bezons, Houilles, Sartrouville, et Maisons-Laffitte pour lui signaler que le Directeur du Syndicat de Ceinture (Chemin de fer de la Grande Ceinture) n'y est pas favorable.
Une procédure sera adoptée pour ce type de traversée à niveau entre une ligne de chemin de fer d'intérêt général et une ligne de chemin de fer secondaire.
Procédure à appliquer pour le cisaillement des lignes de la Grande Ceinture et celle du 62.
Archives municipales de Bezons
Deux autres solutions furent envisagées pour éviter ce cisaillement qu'en général les grandes compagnies ne souhaitaient pas voir sur leurs réseaux.
La première est un détournement par la rue du cimetière (tracé en rouge) utilisant un pont sur le Chemin de fer de Grande Ceinture, l'autre l'emprunt des rues adjacentes (au Chemin de fer de Grande Ceinture (tracé en rouge pointillé) avec utilisation de ce même pont. 
Archives municipales de Bezons

Ces deux versions entraînant des frais supplémentaires et un allongement de la ligne ne furent pas réalisés.

Au niveau du cisaillement, la ligne de tramway perdait le bénéfice de sa double voie. Aucune carte postale n'atteste la présence des voies en impasse (supposées en vert sur le plan).
Collection Patrick Poulailler
La halte de Houilles-Sartrouville du Chemin de fer de la Grand Ceinture. Avenue de Paris vue en direction de Bezons. Noter la voie unique au niveau du cisaillement.
Tout comme les automobiles, le tramway en direction de Maisons-Laffitte attend le passage du train du grand réseau.
Collection Patrick Poulailler
La halte de Houilles-Sartrouville. Vue en direction de Maisons-Laffitte. On distingue au fond le château de Maisons et surtout à droite le Restaurant du Moulin Vert, lieu stratégique pour un débit de boisson à l'intersection de deux lignes de chemin de fer.
Noter après le cisaillement la réapparition de la ligne de trolley sur la gauche de la route.
Collection Patrick Poulailler
La ligne de Grande Ceinture avec un train de marchandises en direction d'Argenteuil. 
Collection Patrick Poulailler

Le tramway pénétrait ensuite sur la commune de Sartrouville.

ligne62_146.jpg (40750 octets)Dès1896 dans le projet non réalisé de la ligne de tramway HouillesSt Ouen, la commune de Houilles demande à ce que le tramway desserve la gare de chemin de fer de la Compagnie de l'Ouest sur la ligne Paris St LazareLe Havre.
C
ette antenne a été établie du Grand Cerf à la gare de Houilles terminus. Elle empruntait l'ancienne route de St Germain puis la rue du Quatre septembre pour arriver en impasse avec une voie d'évitement de 56 m de longueur utile au droit du bâtiment voyageurs de la gare de Houilles. Un bâtiment de 4 m sur 2 m serait construit pour la compagnie du tramway.
Bien que la commune ait demandé le doublement de la voie, celui-ci ne fut jamais réalisé à cause de manque de fréquentation de cette courte antenne.
Cette courte ligne fut amorce du projet, jamais réalisé, de relier Le Pecq à Bezons puis Argenteuil. Voir ci-dessous.

Tracé du prolongement jusqu'à la gare de Houilles.
Cette ligne Houilles—St Ouen des T.M.E.P. ne fut exploitée que du 25 mars au 1er août 1902.

En 1913 il avait été prévu de doubler la voie sur le chemin de St Germain à l'occasion du renouvellement des voies rue Villeneuve à Bezons et que ce doublement entraînerait le pavage pour le compte de la compagnie.
Le seconde voie n'a jamais été établie.

Elle prenait naissance au Grand Cerf à l'endroit où était situé le dépôt. Ici à gauche sur le cliché.
...puis suivait en accotement gauche l'ancienne route de St Germain. Vue en direction du Grand Cerf.
(Archives du service Archives-Documentation de Houilles)
aujourd'hui boulevard Jean-Jaurès.
(Archives du service Archives-Documentation de Houilles)
pour arriver au terminus de la gare de Houilles.
Nous sommes en 1902. Le tramway a fonctionné du 25 mars au 1er août. Éphémère exploitation
mais le photographe était là.
(Archives du service Archives-Documentation de Houilles)

page 6

Si une image de cette page vous paraissait non libre de droits, merci de m'en faire part