Le carnet du CFC

En visite au Muséo Train de Semur-en-Vallon

MAD

Tous les dimanches de juin à septembre et tous les jours en juillet et août, le Muséo Train de Semur-en Vallon ouvre ses portes au public et ce dimanche de Pentecôte fut l'occasion d'y faire un tour pour voir depuis ma dernière visite les innovations récentes. Et j'ai été surpris par l'immense travail accompli par l'association.
C'est Pierre Pottier, le fils de Christian (Président de l'association) qui aujourd'hui accueille le public et présente l'aventure de ce chemin de fer entièrement créé à partir de rien sur l'espace de prairie sur lesquelles broutaient des simples vaches.
Tout a été créé par des bénévoles. C'est en 1972, avec le plan d'eau communal situé près de la gare qu'a été créé le site et c'est en 1981 après l'acquisition de 6,5 hectares qu'est apparu le chemin de fer. Robert Pottier, président fondateur, m'avait accueilli, il y a bien longtemps et déjà ce petit chemin de fer bien organisé m'avait séduit.
Construit à l'écartement de 60 cm sur des voies Decauville de récupération ce chemin de fer a voulu conserver la mémoire du chemin de fer portatif, en allant jusqu'à reproduire l'usine et l'arche métallique de l'entrée bien connue des cartes postales d'époque.
Non loin de là se trouve l'entrée du musée qui retrace l'activité du site industriel et présente plusieurs scènes ferroviaires à la fois techniques, historiques et anecdotiques. La scénographie d'excellente qualité (certains musées devraient s'en inspirer) met en oeuvre des petits films, des projections une trentaine de scènes interactives.
La visite est libre mais un(e) bénévole est présent(e) pour répondre à vos interrogations. L'accès se fait par le train qui part de la gare de départ toutes les 30 minutes et qui au terme de la visite ramène les voyageurs à leur point de départ.

En voiture s'il vous plait !
La gare de départ qui offre avant son accès un parking confortable qui fait gagner du temps.
Le bâtiment voyageur (BV) est construit sur le type des petites gares des chemins de fer secondaires qui sillonnaient autrefois nos campagnes avec maçonnerie d'angle en briques de deux couleurs, ouvertures cintrées et tuiles Montchanin Lozangé et de pignons ouvragées.
La place de la gare permet au visiteur d'apprécier, d'un coup d'œil, les divers édifices, une ancienne halle couverte reconstitutée et équipée pour le pique-nique, le château d'eau et des petits édifices de cantonniers que l'on voyait au bord des voies secondaires.

 

190609_04.jpg (48212 octets)L'intérieur présente trois voies à quai, un quai muni d'une marquise, un édifice de cantonnier, qui sert d'abri voyageurs et une cloche.
Le train stationne sur la voie 1 au droit du BV. c'est lui qui emmènera les voyageurs au musée.
Un passage pour piétons permet de traverser les voies à niveau pour accéder au quai central. Celui en amont de la gare est accessible depuis la place et séparée des emprises par une barrière roulante.

 

 

L'accueil du public se fait dans une construction en bois traditionnelle que l'on traverse pour accéder au quai principal où stationne le train.

 

 

 

190609_07.jpg (53026 octets)Mais c'est bientôt l'heure du départ, les voyageurs accueillis par Pierre sont montés dans les trains et après une dernière vérification et le train s'ébranle en crissant dans la courbe de sortie.
J'ai pris place dans la dernière voiture et dans la courbe j'ai vue sur la voiture construite pour recevoir les personnes à mobilité réduite accessible également au public.

 

 

La voie de 9,5 Kg au mètre est posée et fixée sur des traverses béton entre les traverses fer et ballastée avec du sable de verre recyclé provenant d'une entreprise située à une vingtaine de kilomètres.

 

 

 

Dès la sortie de la gare, vu le nombre d'aiguillages, on comprend que le réseau bien pensé peut présenter divers itinéraires.

 

 

 

190609_12.jpg (50393 octets)Une dernière vue sur la gare et le train s'enfonce en alignement dans la forêt.

 

 

 

 

Les voitures construites par les bénévoles sont à gabarit étroit pour la voie de 60 et peuvent accueillir 4 ou 6 personnes.

 

 

 

Juste avant d'arriver au musée, la voie quitte l'environnement champêtre pour entrer dans le monde industriel, propice à la suite de la visite qui nous fera découvrir celui de la construction du chemin de fer.
Ici, c'est un pont roulant en bois récupéré dans une fonderie située dans le faubourg "Saint Pavin des Champs" qui a été sauvegardé et est resté dans "son jus". Il date de 1854.
Son poids est de 13 tonnes et il est capable d'en soulever 10.
Il a été sauvegardé conjointement avec l'Association "Patrimoine Le Mans Ouest".

 

Sur l'une des photos, on peut observer un chevalement, emblème de la mine. La Sarthe possédait en effet des mines d'anthracite  desservies par des réseaux en voie de 60. L'association du "Train de Semur" et ses bénévoles projettent de recréer l'ambiance de cette activité aujourd'hui disparue.

Puis le train traverse une allée encadrée de murs d'usines et nous arrivons sur le site industriel recréé avec ses bâtiments ses voies et aiguillage dans tous les sens, ses toits en dents de scie, ses bidons, ses lorries, ses stocks de matériels.

   190609_31.jpg (49806 octets)

Sans oublier l'arche métallique de l'entrée N°2 des ateliers Decauville Aîné.

 

 

 

 

Puis le train s'arrête à la gare Decauville, munie d'une vaste et claire marquise abritant les deux voies à quai.
Ce jour là un curieux autorail rouge était garé. C'est un "fac similé" de l'autorail Decauville pour voie métrique. Il vient d'une entreprise d'Auxerre.

 

 

Tous les voyageurs descendent du train pour visiter le musée qui abrite entre autres, la collection des Amis du Musée Decauville (anciennement CEMNAD), association qui a disparu et dont le Petit Train de Semur a eu l'intelligence de préserver et de présenter la collection au public.

La visite du Muséotrain
À quelques pas de la gare se situe le Musée. Les précédents visiteurs reprennent la rame qui stationne quelques minutes puis les ramène à la gare.
Une demi-heure pour l'amateur averti n'a rien de trop tant la richesse des présentations est grande et attrayante mais ce n'est pas grave, il y a un train toutes les 30 minutes.

La visite commence par moulte informations sur l'entreprise Decauville créée en 1875 par Paul Decauville (1846-1922), constructeur de matériel ferroviaire, de manutention, de cycle et même d'automobile (la voiturelle 1898).
Connu dans le monde entier à partir de 1880, c'est le porteur Decauville, exporté sur les cinq continents qui a fait de cet industriel un fleuron de l'industrie française.
Il est le fils de Amand Decauville (1821-1871), agriculteur à Bois Briard (Commune de Courcouraonne), spécialisé dans la culture de la betterave sucrière et de la distillerie.
Les bâtiments de cette ferme de Bois Briard existent toujours et le CFC avait participé à une représentation théâtrale “Rêve d’une nuit d’été", organisée en 2008 et 2009 par l’Association “Le Lac en Fête”.

Puis on découvre dans une vitrine quelques objets des Amis du Misée Decauville dont une assiette des 10 Ans du Chemin des Fer des Chanteraines (Collector).
Non loin de là une video présente les activités de l'usine Decauville.

 

 

 

Cette première salle expose aussi le premier porteur Decauville en voie de 40, un des wagonnets qui a peut-être servi à débarder les 9000 tonnes de betteraves en cet hiver pluvieux de 1875.
C'est de ce besoin de transporter ce stock des champs à l'usine que l'idée du porteur Decauville a germé dans l'esprit d'Armand Decauville. et que l'invention de ce petit chemin de fer portatif a vu le jour avec la fabrication de voie composée de rails et de traverses fer, formant un élément et de wagonnets capable de rouler dessus sans grand effort de traction.
Ensuite les mines, usines, carrières, armée ont donné un champ d'application pour ce type de manutention et plus les charges étaient lourdes, la traction humaine a laissé place à la traction hippomobile, puis par locomotives.
La brouette et le tombereau avait vécu.

Des maquettes illustre au visiteur les diverses applications du chemin de fer Decauville des les industries jusqu'au transport des personnes lors de l'Exposition universelle de 1889 qui lui valut une médaille d'or cette année-là.

 

 

 

Le Chemin de fer Decauville de l'Exposition universelle de 1889 fut une attraction unique. Il transporta entre les Invalides et le Champs de Mars quelques 6 342 446 voyageurs payants (ça fait rêver le CFC !) sur les 3 Km de ligne provisoire.
Il desservait 5 stations et passait sous deux tunnels dont un de 106 m (Tour Eiffel). Aucun accident ne fut déploré.
Le transport des voyageurs par chemin de fer à vie étroite fut, dès lors, accepté par le Ministère des Transports.

On peut voir également un maquette en cours de construction de l'entreprise Carel & Fouché (1904), 55 rue d'Amsterdam à Paris, fournisseur des grands réseaux des chemins de fer  et grande administrations  en France et à l'étranger.
L'usine Carel & Fouché était située au Mans a pourvu le département de la Sarthe de matériel ferroviaire pour son réseau départemental des Tramways de la Sarthe (TS) mais aussi d'autres réseaux secondaires et grand chemins de fer.
L'usine du Mans cessera ses fabrications en 1991.

Dans la salle suivante la plus importante et spectaculaire par sa scénographie, on découvre tout d'abord un poste d'aiguillage manuel avec ses leviers et serrures de sécurité. Une petite video montre un spectacle que les plus jeunes n'ont pas connu, les manœuvres à la butte avec le dur et dangereux métier de saboteur ou enrayeur.
Le travail de l'enrayeur consistait à poser sur le rail un sabot pour freiner le wagons qui descendait de la butte par gravité à une distance précise pour qu'il termine sa course au bon endroit sans percuter le wagon qu'il allait tamponner.

 

 

190609_44.jpg (32480 octets)Puis l'on voit l'évolution de téléphone moyen de communication indispensable au chemin de fer.
Du premier téléphone de A. Bell (1876) au portable en passant par le minitel, toute une série d'appareil sont présentés en ordre chronologique.
Téléphone manuel, téléphone automatique, téléphone mobile tout y est. Le volume de chaque appareil est inversement proportionnel à son technologie

 

Un tableau présente tous les profils et tous les poids de rail du plus petit 4,5 Kg au mètre jusqu'au rail TGV de 60 Kg.

Rail à double champignon, rail Vignole, rail à gorge, rail Broca, rail tramway, rail de grue, etc.
Ce panneau a été offert par Laurence Patry.

 

 

La visite se poursuit par la voiture De Dietrich '1898) qui présente de scènes e la vie à bord du chemin de fer.
Cette voiture transformée dans les années 50 en voitures de cantonnement qui déplaçait au gré des chantiers et dans laquelle les ouvriers de la voie étaient.

 

 

On le voit mal, la photo est sombre.
Ce petit plateau-Decauville manœuvrait dans l'Établissement Clause S. A. filiale de RP à Brétigny où je faisais des formations lorsque je travaillais chez Rhône-Poulenc.
Bien sûr tous ceux que je connaissais savaient que j'était passionné de chemin de fer et un jour le directeur de l'époque me l'a proposé pour un Franc symbolique. J'ai tout de suite eu l'idée de le proposer à l'association des Amis du Musée Decauville (Ex. CEMNAD) pour y être préservé. C'est ainsi qu'il y a quelques années en visitant le CF de Semur, j'ai revu avec plaisir ce petit locotracteur de 12 tonnes intitulé Plateau type TE de 1950.
Il mérite une meilleure photo.

190609_47.jpg (25050 octets)Plus élégante et destinée aux passagers aisés, cette voiture piano-bar CIWL de 1925 qui a été tractée par la célèbre train "La Flèche d'Or" Paris—Londres par le ferry nous montre tout le raffinement du voyage des hommes d'affaire. Dans le petit salon on peut écouter une conversation d'un industriel avec une chef d'entreprise.

 

 

Le Musée possède une salle de réunion bellement équipée avec tout le matériel moderne de projection. Elle peut accueillir une trentaine de personnes.
Au fond une draisine rappelle que nous sommes dans l'univers du chemin de fer.

 

 

 

 

Sur le fronton à l'extrémité de la salle on peut admirer une pièce unique, le "Médailler de Decauville", un tableau regroupant toutes les médailles reçues par la Société Nouvelle des Établissement Decauville Aîné (Petit Bourg - France).
Le 149 médailles sont visibles sur une borne tactile.

 

 

 

En continuant, on peut entre à l'intérieur de l'ancien tramway de Laon qui date de l'Exposition universelle de 1889 et construit par Decauville pour rejoindre les parties basse et haute de la ville.
Ce tramway à crémaillère est présenté par une video ancienne dans laquelle on le voit évoluer sur sa voie unique à crémaillère.
Il a fonctionné jusqu'en 1971.

 

190609_56.jpg (19782 octets)190609_57.jpg (22834 octets)La motrice Sprague de la RATP avec son intérieur bien typique et que les plus vieux ont bien connu.
Je me souviens le dernier train du soir ramassait les sacs de la recette à chaque station.
La première travée de la motrice, immédiatement après la cabine de conduite était consignée par une simple chaîne et le receveur entassait les sacs contenant la recette du jour.
Imaginez çà aujourd'hui !

Divers accessoires chariots, matériel d'entretien de la voie : pelles, battes, pioches, sableuse, boule (pour tester les traverses) sont présentés en situation.

Un peu plus loin le petit locotracteur de l'usine Decauville de Corbeil et son wagonnet sont présents. Modif pour la voie de 50 ce locotracteur était utilisé  depuis 1928 dans les fours à chaux de Ballancourt-sur-Essonne.
Vers 1960, il fut revendu à l'usine Decauville qui l'utilisait comme enseigne, perché sur le toit du bureau de la bascule.
Il a été sauvegardé par l'AMD.

 

 

 

On le voit ici à la 2ème Exposition sur la mémoire industrielle à Corbeil-Essonnes du 3 mars au 8 avril 2007 à la Commanderie St Jean de Corbeil-Essonnes.
Il possédet un moteur à essence Ballot. C'est un des quatre rescapés d'une série de 80 engins.
Voir l'article

 

 

Enfin le dernier locotracteur à voie normale sorti des ateliers Decauville dans les années 50.

Il est impossible de tout rapporter, tant l'exposition du musée est riche en matériel, information, iconographie.
En effet il propose 4 allées de 30 mètres, 12 matériels à voir, 28 boutons actifs, 13 vidéos, 4 films et 3 espaces sons.
Notre propos est davantage de "donner envie" que d'en faire un propos exhaustif.

 

Le matériel CEMNAD acheté et conservé pour le futur Musée Decauville qui vit le jour à Semur-en-Vallon est arrivé à bon port à l'exception de la locomotive 030 Decauville de 1917 (ex St Eutrope) qui a disparu.

Mais reprenons le train pour retourner à la gare
Un dernier coup d'œil en attendant le train rouge qui ne tarde pas et nous replongeons dans la scénographie industrielle avec ses voies, ses bâtiments, son charme du XIXème S. industriel.

 

 

 

L'autorail rouge est toujours stationné en gare.
De l'autre côté de la gare une voie en impasse avec un pont tournant et une voie en courbe serrée qui s'échappe dans le nature.
Nous prendrons celle de droite que rejoint la voie d'évitement.

 

 

 

Le train arrive déversant ses nouveaux voyageurs qui visiteront le musée. Moi je remonte dans le dernier wagon, il me plait bien avec sa guérite de queue et le train repart et nous replonge dans la nature. Des aiguillages et des voies qui mènent on ne sait où. Sur le réseau les impressions de "déjà vu" sont possibles pour le visiteur d'une première fois. Quand on le connaît on se rend compte qu'on est passé par là mais sur la voie qu'on croise.

 

 


Et puis il y a des matériels garés bien alignés sur des voies en attente d'un nouveau destin.

190609_76.jpg (55202 octets)Et enfin le train arrive de nouveau à la gare en attaquant la boucle par la gauche.

 

 

 

 

 190609_77.jpg (71677 octets) 190609_78.jpg (52310 octets) 190609_79.jpg (69399 octets)
Et la journée est finie il ne me reste plus qu'à remercier Christian et Pierre pour leur accueil très amical et reprendre la route pour le Loiret.

Page precedente