Actualité 
Descente de la Marne d'Épernay à Paris - 1/2

"Descente de la Marne d'Épernay à Paris" ou "Croisière vapeur en Champagne", l'idée nous est venue suite à la randonnée sur le canal de l'Ourcq en juin 2013 où les 200 Km ne nous semblaient tout à fait possibles à parcourir avec la Vigie.
Avec Jean nous avons donc fait le repérage dès cet hiver, d'abord vers le lieu le plus éloigné, c'est à dire dans la région
d'Épernay. Alain Declercq de l'Association des Amis du Musée de la Batellerie (A.A.M.B.) de Conflans Sainte Honorine m'avait donné les coordonnées d'Yves Gaillard, le président des Bateliers de la Marne dont l'association énergique a pour objectif de valoriser la Marne et lui rendre sa qualité environnementale. Aussi, rendez-vous est pris et le 6 janvier c'est dans la froidure que nous nous rendions à Hautvillers rencontrer Yves pour lui parler de notre projet. 
Le lieu d'accueil des bateaux fut choisi à Mareuil-sur-Marne petit port de plaisance situé sur le canal latéral à la Marne. 
La deuxième fois que nous nous sommes rendus à Mareuil, Yves nous avait fait visiter le chantier de construction du "chaland marnois" représentatif des transports sur la rivière au XIXème Siècle.
La scierie, sur le terrain de laquelle la construction se faisait, nous procurerait le bois nécessaire, 1,5 tonne et nos remerciement vont une fois de plus à Michel son patron.
Au retour, la remorque de Jean fut remplie de sacs de bois en vue de les disposer aux étapes prévues.
Au terme de ce repérage, les notes prises, l'organisation du voyage était prête dans ma tête il ne restait plus qu'à tout formaliser.
Le programme une fois établi, je le diffusais aux intéressés pour tenir compte de leurs remarques diverses. 


Mercredi 4 juin 2014
Lever 6 heures, direction La darse du Rouvray, bassin de la Villette pour mettre la Vigie en chauffe et l'acheminer aux ateliers des Canaux de Paris à Pantin.
Grutage et sanglage sur la remorque. C'est Luc qui l'acheminera jusqu'à Mareuil-sur Marne, je l'accompagnerai. Arrivés vers 13 heures. Yves nous attend avec un Manitou pour la mise à l'eau. Bien vite des curieux se groupent autour du bateau qui semble les étonner. Il faut dire qu'il dénote relativement par rapport à ceux que l'on a l'habitude de voir dans les ports, qu'ils soient à voile ou à moteur.

Les différentes phases de la mise à l'eau.

Dans un premier temps, nous passons une double poutre sur la fourche du Manitou pour assurer l'écartement des sangles.
puis on passe les sangles sous le bateaux aux repères de centrage.
Une fois la vedette levée, la remorque s'esquive.
La Vigie, ainsi suspendue, il ne reste plus qu'au Manitou à s'avancer au bord du quai, sortir ses béquilles
et déployer son bras télescopique avant de le baisser jusqu'au niveau de la rivière.
C'est avec une grande délicatesse qu'elle pris contact avec l'eau du canal.

L'opération terminée avec une précision toute professionnelle, il ne nous reste plus qu'à ramener la remorque à La Villette.
Arrivés vers 17h30, je reprendrai ma voiture accompagné de Dominique qui vient de me rejoindre pour repartir sur Mareuil. Nous n'arriverons pas avant 20 heures. Joël et Françoise sont arrivés ainsi que François et Isabelle. Jean-Jacques, lui, arrivera demain pour mettre à l'eau de bonne heure.
Nous passerons la soirée sur la péniche de Stéphane où un concert sera donné devant une assiette de crudité.

Plutôt que de planter la tente, Zino m'a proposé de dormir à bord de son bateau, le Batete juste derrière nous.

Mareuil-sur-Ay
La ville s'étend le long du canal latéral à la Marne et de l'ancienne route départementale 1 (RD 111). Au nord, les vignobles de Champagne occupent une grande partie du territoire.

Le jeu de miroir qu'offrent les plan d'eau ont vite donné l'idée aux photographes de laisser percevoir une coupe de Champagne.
ou tout simplement une bouteille.
Le port a bien changé. Autrefois, lieu d'échanges de marchandises, il est devenu aujourd'hui un port de plaisance très agréable, arboré et tranquille.

Impossible de quitter Mareuil-sur-Ay sans parler des Bateliers de la Marne qui se sont lancés dans la reconstruction d'un chaland de Marne aux dimensions impressionnantes. La mise à l’eau du marnois est prévue pour 2016. Le chantier se trouve à la scierie d’Igny-Comblizy que nous avons eue l'occasion de visiter lors du repérage de notre randonnée.
Le but de l'Association est de voir la rivière « Marne » devenir la première de France à haute qualité environnementale qui s'inscrit dans le "Projet Marne 2020" lancé par le Président du Conseil général.
Notons que l'association a participé au Festival de Loire à Orléans.
Je profite de ces quelques lignes pour remercier Michel le propriétaire de la scierie et Yves Gaillard, le Président qui nous ont fourni le bois nécessaire à cette randonnée. 1,5 tonne coupée à la dimension de nos gueulards, c'est une aide précieuse.

Le "marnois" est un bateau de charge de construction rustique à fond plat, halé sur la Marne, la haute-Seine, l'Yonne. Il est à l'origine de la flûte bourguignonne. 
Sur les Bateliers de la Marne
Dessin Les Bateliers de la Marne
Le Marnois en construction à la scierie d'Igny Comblizy sous la direction d'Yves Gaillard, le président de l'Association.

 


Au sujet de la Marne
Avec ses 514 Km., la Marne est la plus longue des rivières françaises. Elle prend sa source sur le plateau de Langres, à Balesmes-sur-Marne dans le département de la Haute-Marne.
Elle a 18 affluents dont l'Ourcq qui se jette à Crouy-sur-Marne.
Bien qu'ayant connu la grande crue de 1910, la rivière est bien régulée avec 40 m3/s.
Elle traverse 5 départements et les villes principales qu'elle baigne sont Chaumont, Saint-Dizier, Vitry le François, Châlons-en-Champagne, Épernay, Château-Thierry, Meaux, Lagny-sur-Marne, puis les villes de la Seine St Denis et du Val de Marne avant de se jeter dans la Seine à Alfortville au PK 178. Ses écluses présentent un gabarit de 45 m sur 7,80 m
Elle a inspiré nombre d'artistes comme Cézanne, Corot, Dufy, Dunoyer de Segonzac, Marquet, Pissarro, Le Douanier Rousseau, etc.

Bibliograhie sur la Marne 

  • Bruno Pernot, Les Grandes Inondations de 1910 en Haute-Marne, Langres, Éditions Dominique Guéniot, 2010. ISBN 978-2-87825-477-8.
  • Gérard Rondeau, La Grande Rivière Marne - dérives et inventaires, Éditions La Nuée bleue, 9 décembre 2010, 280 p.
  • Jean Paul Kauffmann. En remontant la Marne. Fayard. 2013

Quelques cartes postales anciennes de Mareuil-sur-Aÿ

   


Les bateaux et les équipages
Vigie : Jean Blanchard, Marc André Dubout, Jean-Jack Gardais, Dominique Martel. 
Lili : François et Isabelle Malatier
Woodbine : Joël et Françoise Druel
Père Tranquille : Jean-Jacques Garavoglia

Photos jean Jack Gardais

Jeudi 5 juin 2014 5 sacs

Le parcours Mareuil-sur-Aÿ—Épernay et retour sur l'écluse de Dizy.
18 Km. 8 heures machine, 75 Kg de bois.
Déjeuner à Magenta (en face d'Épernay sur la rive gauche). 5 sacs

 

Jean-Jack nous rejoint également pour faire partie de l'équipage (solidarité entre vaporistes oblige).
Après un petit déjeuner pris à bord du Batete, nous nous préparons pour notre premier départ.

Préparation à la navigation aujourd'hui une courte étape de 18 Km. avec déjeuner dans un restaurant d'Épernay. 
Vigie
et Woodbine en préparation.
Lili est déjà sur l'eau avec Père Tranquille.
Bruno nous a rejoints pour l'étape.

11h04 PK 59 du canal latéral à la Marne.
Le départ prévu à 10 heures ne sera effectif qu'une heure plus tard. Direction Épernay.
11h50 PK 62,569 écluse n°14 de Aÿ. Radio VHF canal 22.

Le canal latéral à la Marne présente un dénivellé de 34 mètres. Quinze écluses permettent aux mariniers et aux plaisanciers de naviguer sur des biefs successifs, maintenus à un niveau d'eau horizontal et reliant la Marne au Rhin.
Indissociables du paysage, les écluses, après plusieurs générations de progrès technique (automatisation) continuent à rythmer fidèlement le passage des bateaux et la vie du canal. 

En amont et en aval de chaque écluse une tige est suspendue au dessus du canal. Il suffit de la tourner pour déclencher le processus de l'éclusée. Un signal lumineux nous indique son commencement. Une fois entré dans le bassin et le bateau amarré au bollard, il faut tirer une tige (bleu) pour commencer la bassinée au terme de laquelle la porte de sortie s'ouvre pour libérer les embarcations.
12h31 Nous passons devant les coteaux de Hautvillers dont nous apercevons l'abbaye (650), aujourd'hui propriété d'une maison de champagne. C'est dans l'église abbatiale que fut inhumé don Pérignon, moine bénédictin passionné par le travail de la vigne.

12h43 PK 66,6 écluse n°15 de Dizy, extrémité aval du canal latéral à la Marne. Radio VHF canal 22. Dénivelé 2,45 m. Dernière écluse du canal latéral à la Marne et PK 0 de la Marne embranchement d'Épernay situé à 5 Km.

La Vigie dans l'écluse de Dizy. Jean-Jack est resté à bord pendant que Dominique et Jean discutent sur le quai.
La sortie de l'écluse, premier contact avec la Marne.
À gauche vers le canal latéral, vers la droite la Marne amont en direction d'Épernay.
Les premières maisons, rive droite.
Nous accosterons rive gauche près du pont qui sépare Épernay (rive gauche) de Magenta (rive droite).

Épernay
Implantée au milieu du vignoble de la "Champagne crayeuse", Épernay est traversée par la Marne qui a favorisé au Vème Siècle la fondation de la ville par deux frères tanneurs venus de Châlon.
L'histoire d'Épernay est étroitement liée à celle du vin de Champagne qui remonte à l'époque gallo-romaine sous l'appellation « vin de rivière ». 
En 1730, les frères Chanoine fondent la première maison de champagne de la ville.
En 1911 le phylloxéra détruit les plans de vigne.
Détruite à plusieurs reprises au cours de son histoire, Épernay ne conserve que peu de vestiges du passé mais elle abrite de beaux hôtels particuliers du XIXème siècle.
L'église Notre-Dame, construite de 1898 à 1915, dut être reconstruite de 1922 à 1925 à la suite des bombardements de 1918.

Nous quitterons tardivement le restaurant pour arriver à l'écluse de Dizy.

Nous remontrons la Marne jusqu'à son point amont de navigabilité.
Nous passons devant la tour Castellane, point culminant d'Épernay avec ses 63 mètres. Elle a été construite au début du XXème Siècle (1903-05), par Marius Toudoire l'architecte de la Gare de Lyon à Paris dont on retrouve l'esprit du beffroi.

16h45 Arrivée à l'écluse de Dizy que nous franchissons.

En plus de la navigation il faut également prévoir le jeu des voitures pour que les chauffeurs puissent à la fin de la journée récupérer leur véhicule respectif. Comme nous étions 6 à avoir un véhicule il fallait chaque matin mettre deux voitures au point d'arrivée pour aller rechercher les autres véhicules laissés au point de départ le matin. 
Ce petit jeu, qui nous plombait malgré tout au minimum deux heures dans la journée, s'est répété pendant toute la durée du voyage sans compter qu'approchant Paris, les embouteillages nous ont fait perdre beaucoup de temps et aussi parfois de la patience.


Vendredi 6 juin 2014 10 sacs

Le parcours de l'écluse de Dizy à Mézy-Moulin - 38 Km.
8 heures machine 150 Kg de bois.
4 écluses
Déjeuner à Dormans

Aujourd'hui grosse journée de navigation avec 38 Km. à parcourir.

8h16 PK 0 de la Marne. Départ de l'écluse de Dizy. 
Les tentes de MAD et Dominique repliées, les camping-car de Joël et Jean-Jacques rangés, François Isabelle et Jean-Jack qui ont dormi à l'hôtel nous ont rejoints. Le timbre des chaudières est au rendez-vous. 
Woodbine
va actionner la tige pour nous faire accéder à l'écluse.

Les bateaux sont toujours prêts avant les équipiers.
Yves et Jean des Bateliers de la Marne vont nous accompagner jusqu'à Dormans, étape intermédiaire du déjeuner.

8h30 PK 1,6 nous passons devant Cumières

8h41 PK 3,2 écluse n°1 de Cumières de la Marne canalisée. Dénivelé 1,01 m.
L'écluse de Cumières au siècle dernier. 

9h16 PK 4 Damery

Le pavillon d'AMERAMI flotte au droit de Damery.
10h11 PK 8,3 écluse n°2 de Damery. Dénivelé 2,14 m.
Vue sur le bras du barrage à aiguilles.

10h52 PK 12 Reuil, nous prenons "Père Tranquille" en remorque. La pression semble-t-il n'arrive pas à monter.
11h13 PK 14 Port à Binson.
11h24 PK 16 Mareuil-le-Port.

Mareuil-le-Port et l'Ile Javiot que nous abordons par la droite.

11h40 l'écluse Vandières est en vue. Nous laissons le bras du barrage sur notre gauche.
11h50 PK 17,708 Écluse n°3 de Vandières. Dénivelé 1,67 m.
12h34 Nous laissons la Semoigne sur notre gauche.
Grande sérénité à bord. Le bosco et Chipie au poste de travail parés pour la prochaine écluse.
13h07 PK 26 Arrivée à Dormans où une petite réception nous est proposée par le Maire de la ville et un Conseiller général de la Marne.
Nous nous rendons compte que notre consommation de bois a très largement diminué par rapport à celles des randonnées qui ont précédé la restauration de la machine.

 

À Dormans la voie ferrée suit la Marne.

   

À l'approche du PK 29 à Trelou-sur-Marne nous rencontrons un groupe de randonneurs allemands qui descendent également la rivière. L'un d'eux n'hésite pas à se reposer un temps à couple de Père Tranquille.
Malheureusement ils ne pourront pas profiter de notre bassinée à l'écluse de
Courcelles.

15h07 PK 30,457 Écluse n°4 de Courcelles. Dénivelé 2,27 m

Le barrage à aiguilles de Courcelles

Les barrages à aiguilles
De tout temps des barrages ont été construits sur les rivières.
Qu'ils soient à aiguilles, à clapet, à cylindre, à fermettes, à hausses, ou à vannes ils ont pour fonction de réguler le cours de la rivière.
Le barrage à aiguilles a été inventé en 1830 par l'Ingénieur François Poiré.
Les barrages à aiguilles que nous observons sur la Marne sont constitués de chevrons métalliques (antérieurement chevrons de bois,) de section carrée, placés le uns à côté des autres, qui prennent appui sur une saillie du radier au fond de l'eau et dressés obliquement sur une série de fermettes reliées par une passerelle sur laquelle l'éclusier peut circuler. Hautes de trois à cinq mètres et larges de dix à douze centimètres, les aiguilles se manipulent à la force des bras, les unes après les autres. Relever ou abattre toutes les aiguilles d’un barrage exige un travail difficile de plusieurs heures, pour une équipe entraînée. À la venue de l'hiver, pour éviter les crues, les aiguilles sont retirées et les fermettes couchées au fond de la rivière.
Technique ancienne, datant du XIXème' siècle, elle est encore utilisée sur nos rivières de France.

Courthézy 

16h11 PK 32 Pont de Jaulgonne.
16h55 PK 41 Arrivée au ponton de Mézy-Moulin, deux kilomètres avant l'écluse de Mont St Père. C'est François et Isabelle qui ont découvert ce ponton arboré où nous passerons le nuit après avoir été rechercher les véhicules à l'écluse de Dizy.
Pendant ce temps je pique une tête dans la Marne, histoire de se rafraîchir un peu.
Le campement monté, nous dînerons sur l'herbe et c'est sous les étoiles que nous fermerons les yeux.


Samedi 7 juin 2014 11 sacs

Mézy-Moulin - Nanteuil - 32 Km
7 heures machine  - 165 Kg de bois.
3 écluses
Déjeuner Château-Thierry 10 Km
Après le petit déjeuner, nous acheminons nos deux voitures à Nanteuil.
Le campement est plié, on est prêt à partir.
L'île de Mont St Père en amont de l'écluse.

10h06 PK 41 Départ de Mézy-Moulin.

10h38 PK 42,5 Écluse n°5 de Mont Saint Père. Dénivelé 1,78 m.
Vers Gland dans la tranquillité de la rivière voguent nos frêles embarcations au rythme des écrins de verdure.
La vallée de la Marne à Mont Saint Père.
Le village de Mont Saint Père sur la rive droite de la Marne.

 

11h44 PK 50 Entrée dans Château-Thierry. On aperçoit Jean-Marie et Arlette sur la rive gauche.
12h07 PK 52 Nous accostons au ponton du Club d'Aviron de Château-Thierry dont nous remercions le Président que nous avions rencontré lors du repérage et qui nous a aimablement permis l'accostage, le temps d'une casse-croûte (sorti du panier).
Jean-Marie et Arlette ont apporté le Champagne.

 


Les photos de Jean-Marie à l'entrée dans Chateau-Thierry

 

 

Château-Thierry

        

Château-Thierry était la tête de ligne des Chemins de fer du Sud de l'Aisne : ligne de Château-Thierry à Mareuil-sur-Ourcq (1910-1946, 36 km) avec embranchement sur Neuilly Saint Front à partir de Gandelu (1910-1961, 19 km) et Château-Thierry à Verdelot (1910-1938, 28 km).
13h30 Il est temps de repartir. Jean-Marie nous accompagnera jusqu'à Nanteuil.
Il prendra la machine jusqu'à Nanteuil. Rappelons que sans son aide précieuse pour l'usinage des pièces d'usure de la White & Son, notre épopée n'aurait pu avoir lieu à la date prévue.
Un belle collaboration entre associations : AMERAMI et le Chemin de fer des Chanteraines. Nous remercions Didier Meurillon, son Président pour l'aide du CFC.
Ayant pris place à bord de Père tranquille, je peux à loisir photographier notre brave vedette.
Un peu avant l'écluse d'Azy-sur-Marne.
14h10 PK 56,171 Écluse n° 6 Azy-sur-Marne. Dénivelé 2,12 m.
14h22 La porte aval s'ouvre et la flottille s'apprête à repartir.
L'écluse et le barrage à aiguilles d'Azy-sur-Marne.

Azy-sur-Marne

       

Quelque part entre Azy-sur-Marne et Romery-sur-Marne.
L'homme de la communication est au poste téléphonique. Eh oui bien que la Vigie date de 1904, il y a le téléphone à bord et il ne chauffe pas poins que la machine !
Noter le beau sillage.
et aussi les belles demeures silencieuses sur les rives sauvages.
15h11 PK 63 Nous passons devant l'usine de Nogent l'Artaud (anciennement Rhône-Poulenc) où j'ai eu l'occasion et le plaisir de faire des formations (dans une vie antérieure, professionnelle qui ne laissait présager que je repasserai à nouveau devant cette usine mais cette fois sur la rivière).
Je salue mes anciens collègues.
Une petite voie de 60 amenait le silicate au poste de chargement au bord de la Marne. Un réseau desservait l'usine et les carrières de silice proches.

Silicate et méta-silicate
Je ne puis m'empêcher de rappeler que le (méta)silicate de sodium se forme naturellement par réaction de la silice (dioxyde de silice) avec le carbonate de sodium à l'état fondu. On obtient du silicate de sodium et du dioxyde de carbone (gaz carbonique).
Na2CO3 + SiO2 -> Na2SiO3 + CO2 
Les meta-silicates sont utilisés comme opacifiant, ignifugeant, liant, décapant, inhibiteur de la corrosion dans les différentes industries : cimenteries, industries textiles, métallurgiques, les cartonneries, industrie automobile, etc.

 

Chézy-sur-Marne

 

Nogent l'Artaud, le pont métallique sur la Marne hier et au jour d'aujourd'hui. En revanche, il ne semble pas avoir beaucoup changé, seuls les lavoirs ont disparu.

Juste après le pont de Nogent l'Artaud, sur la rive droite, cette magnifique maison ornementée de briques vernissées de diverses couleurs et de tuiles de faîtage richement décorées.
15h45 PK 66,662 Écluse n°7 de Charly-sur-Marne. Dénivelé 2,09 m.
Le vaguemeste-téléphoniste de la Vigie tient la ficelle de Lili.
Quelques minutes plus tard la flottille sort du bassin en direction de Nanteuil qui se trouve à 7 km, une heure de navigation.
Et c'est reparti pour la dernière étape de la journée.

17h05 PK 74 Arrivée au ponton de Nanteuil-sur-Marne. Les bateaux vont se reposer, les équipages aussi, la Marne va retrouver son calme. La nuit sous la tente sera très humide et la foudre a du tomber pas très loin.
En attendant, cette bière fraîche prise à l'auberge du Lion d'Or est la bienvenue. 

Nanteuil-sur-Marne

     

Saâcy

         


Page 2