Actualité - La Vigie remonte à la Villette

Lundi 20 septembre 2010

Je traverse le pont d'Austerlitz, l'air est frais, il fait beau, le temps est clair, la journée s'annonce bien.

9 heures arrivée à la Brigade Fluviale pour emmener la Vigie sur le bassin de la Villette, en vue de sa visite par l'expert pour son immatriculation.

9h20 mise en chauffe. Avec les pommes de pin de Rueil, le feu prend à tous les coups et rapidement de surcroît, si bien qu'à 10h15 les soupapes se soulèvent, on est à 8 bars. Normal, on les avait testées la semaine précédente.
Nous faisons une marche arrière derrière les docks flottants pour rejoindre, la Seine. En effet, l'Île de France bouche la sortie en amont. Qu'importe, les rois de la barre nous sortirons d'affaire.

Équipage : Luc Barbier, Jean Blanchard, Marc André Dubout, Michel Epaule, Bruno Martin-Neuville.
Sur le Sterne, trois gardiens de la paix de la Brigade Fluviale.

Nous traversons la Seine avec l'escorte du Sterne, un pneumatique de 115 CV qui nous accompagnera jusqu'au bassin de la Villette.
Après un petit quart d'heure d'attente, les portes de l'écluse n°9 Pont Morland s'ouvrent et nos deux embarcations s'engouffrent dans le bassin. Avec l'hélice d'origine, la machine ne tourne pas dans son sens préférentiel. Il nous faudra en tenir compte lors de son remplacement.

Dans l'écluse du pont Morland. Les portes se referment nous séparant de la Seine
Trois Gardiens de la paix nous escortent. Ils pourraient aussi intervenir en cas d'avarie, c'est plutôt rassurant, mais la Vigie a déjà parcouru quelques dizaines de kilomètres et on commence à l'avoir en main.

Nous traversons le bassin de l'arsenal. Tout est calme hormis la machine dont le bruit résonne dans la coque.

Luc Barbier sur le pont avant. Bout en main il sera le gabier du pont avant durant toute la traversée.
L'entrée du tunnel. Nous nous mettrons à couple d'un canaux-rama en attendant le passage.
À l'arrière, Bruno à la barre qui lit le journal, Michel gabier de poupe et Jean qui veille à l'alimentation en eau de la chaudière.

Nous attendons à l'entrée du tunnel. C'est l'Arletti qui descend le canal St Martin avec des touristes assez surpris de nous voir dans notre singulière esquif.    

11h00 c'est le tunnel de 1,8 Km. construit en 1862 pour sa partie sous la Bastille et en 1907 sous le boulevard Richard Lenoir.

Puis c'est la demi-obscurité et l'alignement du souterrain sous le boulevard Richard Lenoir. 
Avec cette hélice, on ne peut que faire de "l'avant lente" et je dirai même "très très lente". À ce propos, il faut saluer la patience des trois gardiens de la paix sur le zodiac dont les démonstrations de vitesse antérieures nous ont fait mesurer leur retenue.

12h22 Écluse du Temple (n° 7 & 8), la première écluse à la sortie du souterrain.

13h04 écluse 5 & 6 Écluses des Récollets.

13h25 écluse 3 & 4 Écluses des Morts.

13h45 écluse 1 & 2 Écluses de la villette. Les portes s'ouvrent sur le point culminant (25 m. au dessus du niveau de la Seine) de cette voie d'eau : le bassin de la Villette. Il ne reste que 4 bars au mano et l'hélice tourne dans le vide. À 2 bars, nous passons sous la passerelle de la Moselle qui relie les quais de la Seine et de la Loire. À 14h10 arrivée au port de la Villette. Nous nous garons près de la Criée. Il n'y a plus assez de pression pour activer la sirène.
Casse croûte sur la Vigie avec les gardiens de la Paix.
Vers 15h30 nous redescendrons à bord du zodiac de la Préfecture avec une petite pointe de vitesse sous le tunnel, histoire de ...

Retour