Les dernières nouvelles ...
            ...de Suzanne au Festival de Loire 2021

Marc André Dubout

 


Photo Festival de Loire-mercredi-22-septembre-2021

L'édition 2021 du Festival de Loire a eu lieu du 22 au 26 septembre sur les quais d'Orléans entre les Pont Royal et Pont Thinat.
C'était la dixième édition du plus grand rassemblement de la marine fluviale.
Les bateaux de Loire riches en tradition séculaire sont largement représentés avec les toues, toues cabanées, plates de Loire, fûtreaux, chalands et même l'Inexplosible n°22.
La batellerie française et étrangère, et autres les flottilles ont complété ce grand rassemblement de 248 unités dont notre chaloupe à vapeur Suzanne plus habituée à la navigation séquanaise.
Le lundi 20, notre ami Régis est venu d'Orléans pour emmener Suzanne sous la grue installée sur le quai du Châtelet pour sa mise à l'eau.

 

 

 

  Enregistrée sous le n° 46, Suzanne, mise en Loire, passe l'écluse de la Capitainerie du port d'Orléans...
... Pour rejoindre sa place en aval du pont René Thinat.

Le lendemain mardi avec Joselyne, nous rejoignons Orléans et cherchons l'auberge de jeunesse où nous serons hébergés. Semble-t-il rien n'a été retenu pour Sequana mais l'affaire se dénoue.

Mercredi 22 septembre
Nous arrivons auprès de Suzanne et commençons à allumer. Les deux bigbag sont un peu éloignés, à la capitainerie. Déjà dans l'un des deux, du bois a été prélevé et le temps que nous transportions quelques morceaux, d'autres prélèvements ont été faits. En fait il n'en reste plus que la moitié du premier et le deuxième a disparu. Nous voilà bien pour les quatre jours. Ça ne commence pas très bien, en tout cas on s'en souviendra. 

Le pont René Thinat vu en direction de l'écluse.
Pierrick nous rejoints, il restera les deux premiers jours à la barre.
Le niveau du canal est assez bas. L'eau est pompée en Loire pour l'alimenter. Nous commençons une première rotation jusqu'au "Cabinet vert" un restaurant sur la rive droite du canal à environ un kilomètre de notre port d'attache.

À cet endroit un batardeau a été élevé pour contenir l'eau du bief navigable, bien que de l'autre côté le niveau semble plus haut.
La manœuvre de retournement consiste à barrer Suzanne perpendiculairement à la rive droite en coupant la machine pour venir mourir sur le bord.
À ce moment le bosco à l'aide de la gaffe ralentit la chaloupe en la repoussant de manière à la faire tourner de 45 degrés dans la direction opposée puis la machine en avant termine le retournement pour repartir en sens inverse.

Au retour la manœuvre est similaire mais l'avantage est que nos amis espagnols sont à côté de leur barque et en leur lançant les bouts avant et arrière, ce sont eux qui nous font tourner.... 
Ici juste avant d'arriver au ponton à proximité du pont Thinat.
... et c'est reparti pour un autre tour.
À bord des musiciens-chanteurs polonzais nous on fait un un tour de chant durant le parcours au rythme du canal.
Pierrick est à la barre. 
Nous avons accueilli Anne, la vélocipédiste orléannaise qui nous a dépannés en nous donnant un stock de bois. 

Photo Anne Renard

Photo Festival de Loire-mercredi-22-septembre-2021
Et la nuit tombe sur notre première journée.

 

On profite de l'heure du déjeuner pour voir les différentes activités.

 

Tout d'abord, ce sont les nombreux bateaux ligériens qui sont amarrés sur la grève ou sur le quai.
Nous nous dirigeons vers le stand des harengs fumés. Tout d'abord, il faut couper la tête du poisson et le vider puis le mettre au fumoir. Servi chaud ou froid il est fondant dans la bouche et en plus si une bière l'accompagne, alors c'est le délice.

Sur le quai, diverses animations sont présentes : les villages de Mariniers, ceux des fleuves et rivières, les villages du canal d'Orléans et ceux des fleuves invités. Cette année ce n'est pas un pays particulier qui a été invité mais une rétrospective de ceux présents lors des éditions précédentes : Portugal, Espagne, Italie, Pologne, Grande-Bretagne.

 

Les chevaux de trait, ardennais et trait du nord. Leur foulard est au couleurs du festival. Ils se promènent de temps en temps au milieu de la foule.
Sur le canal d'Orléans qui prend naissance à l'écluse de la capitainerie, le halage se faisait essentiellement avec des mules. Les bateliers n'étaient pas assez riches pour se payer un cheval pour assurer la traction de leur chaland. Parfois le halage se faisait à col d'homme.
La pêche, au filet ou au carrelet. Cette dernière était pratiquée dans les estuaires de la Loire, de la Charente et de la Gironde. La Loire abrite de nombreuses espèces de poissons dont sandres, brochets, chevesnes, perches et carpes.
Des démonstrations de réparation de filet ou ramendage étaient exécutées sur le quai.
Une ancienne motogodille construite à Saint-Cloud  (Seine & Oise) par G. Trouche, constructeur de propulseurs amovibles.
C'est le baron Gabriel Trouche qui a le premier réalisé ce type de moteur de hors-bord en France au début du XXème Siècle.
Le jeu de la boule de fort. C'est un jeu de boules traditionnel en Val de Loire. La boule utilisée a son centre de gravité légèrement décalé (côté fort) par rapport à la bande de roulement (cercle de métal), ce qui a pour conséquence qu'elle ne suit jamais une trajectoire rectiligne, tandis que le terrain aux bords relevés, extrêmement « roulant », la fait en outre lentement zigzaguer.
La boule de fort est classée comme jeu traditionnel des Pays de la Loire dans l'Inventaire du patrimoine culturel immatériel français par le ministère de la Culture. 
Présentation du projet de reconstruction du moulin-bateau à La Chapelle-sur-Loire. Deux nefs de 20 mètres de longueur, encadrant une roue à aubes qui actionne une meule permettant de moudre les céréales. Les Bateliers des Vents d'Galarne qui réalisent ce projet exposent ici une maquette finement construite pour monter leur projet unique en France.
les Bateliers de la Vienne, eux présentent la faune locale, ici un ragondin bien nourri qui a profité pleinement avant de rejoindre les quais d'Orléans.
De nombreuses photos donnent au visiteur une idée de la région et de la rivière.
Non loin, sous une grande tente en toile un atelier de matelotage fait des démonstrations des différentes techniques du travail de matelot et gabier : apprentissage des différents nœuds, amarrages, préparation et emploi des cordages et filins d'acier (épissures, surliures), etc.
Le Compagnons du Tour de France sont également présents avec l'exposition d'une pièce de maîtrise aisément reconnaissable.
Cette Société a été créée en 1889. L'Union Compagnonnique du Tour de France est une association qui rassemble des hommes de différents métiers autour d'un même idéal : apprendre, progresser et transmettre ses connaissances tout en s'affirmant en tant qu'homme.
Divers ateliers de démonstration ont été ouverts sur le quai.
Photo Marie-Pierre Tricart
Marie-Pierre devant un stand de matelotage.
L'entretien des voiles.
Photo Marie-Pierre Tricart
Nos amis espagnols qui nous ont aidés pour l'amarrage de Suzanne sur le ponton et avec lesquels nous avons partagé l'excellent Ris à la morue et l'aïoli. Que bueno !
Photo Marie-Pierre Tricart
  Le vélocipède de Robin, éminent vélocipédiste orléanais qui, avec Anne, avaient participé à notre fête du départ du Tour de France 2021 à Chatou. C'est grâce à eux que nous avons pu terminer la navigation suite au vol du bois qui nous était réservé...
Photo Marie-Pierre Tricart

Mais revenons un instant sur les bateaux. 223 unités ont participé à cette grande fête ligérienne. Il n'est pas question ici d'en décrire l'ensemble. 

"L'Hirondelle du rivage", large toue cabanée amarrée à demeure sur le quai, elle abrite une association de Mariniers bien connus des Orléanais.
Sur le fleuve. Voiles et guérouets sillonnent à fière allure.

Les bateaux des Mariniers de Vitry (45). Au premier plan la yole Ditic, construite par Roger. Derrière, de gauche à droite les Héron pourpré et Héron cendré, deux plates de Loire. Derrière elles Carpe Diem de Gérard et enfin les deux grosses unités le Balbuzard qui a participé au 30 ans de Sequana et Le St Ronan de de Vincent.
Toute la flotte LMV est de sortie pour le festival.

La flottille étrangère.
Les bateaux à vapeur de la Tamise. Zara Finn et George un Sailing Dory fait pour naviguer en rivière et en bord de mer.

Photo Marie-Pierre Tricart
Le Chigadinho, bateau portugais naviguant sur le Tage.
Photo Marie-Pierre Tricart
Toue cabanée.
Photo Marie-Pierre Tricart
Le bateau de pêche portugais.
Photo Marie-Pierre Tricart
La toue à aubes Arroux,  un bateau inspiré du XIXème siècle, construit manuellement avec un moteur de Twingo, c'est le défi que s'est lancé l'association "Marine de Loire". Piloté par son président Manuel Aurat, l'Arroux participe aux fêtes de Loire. Son port d'attache est à Blois (Loir-et-Cher)
Photo Marie-Pierre Tricart
La voile rectangulaire d'un fûtreau.
Photo Marie-Pierre Tricart

Photo Marie-Pierre Tricart
Les joutes, pratiquées essentiellement en Europe, sont un sport nautique consistant en une confrontation entre deux jouteurs montés sur des barques propulsées par des rameurs ou par un moteur. Cette activité existait déjà dans l'Antiquité.
Le premier championnat de France est organisé en 1901 sur le lac du Parc de la Tête d'or à Lyon.

Photo Marie-Pierre Tricart

Une dizaine de guinguettes installées sur les quais ont permis aux visiteurs de se restaurer à toute heure de la journées.

La pêche au carrelet. Elle se pratique à bord d'une barque comme on le voit ici ou à partir d'un ponton sur pilotis. Cette pratique est inscrite à l'inventaire du patrimoine culturel.
Photo Marie-Pierre Tricart
Toutes voiles dehors !
Photo Marie-Pierre Tricart
La nuit, les bateaux illuminés.

Le retour en Loire pour Suzanne

Le retour en Loire s'est effectué le dimanche 26 septembre au matin.
  Nous avons approché Suzanne désarmée à coté de l'écluse à coté des joutes.
Photo Marie-Pierre Tricart
Edmond sur la rive gauche de l'écluse tenait le bout pendant la bassinée.
Photo Marie-Pierre Tricart
Une fois en Loire nous nous sommes amarrés sur le bajoyer gauche en attendant le bateau de sécurité.
Photo Marie-Pierre Tricart
La sécurité nous amène à un ponton, à couple des bateaux à vapeur.
Photo Marie-Pierre Tricart
Joselyne range le reste de bois dans les sacs.
Photo Marie-Pierre Tricart
et nous retirons le safran.
Photo Marie-Pierre Tricart

Un grand merci à Jeff et Nadège d'EVT et à toute l'équipe, un autre à tous ceux qui nous ont aidés et surtout à l'équipage, Joselyne, Pierrick, Marie-Pierre et Edmond. 
Barre, machine, gabier tous les postes ont été pourvus. 
Salut à tous      


Photo Festival de Loire-mercredi-22-septembre-2021

Le dimanche après-midi fut un temps de repos. Joselyne et Marie-Pierre sont reparties à Chatou et après la courte averse, j'ai rejoint mes copains "Les Mariniers de Vitry" (Vitry-aux-Loges (45) pour la grande parade finale mais ceci est une autre histoire consultable à 
Les Mariniers de Vitry à la grande parade du festival de Loire
  - 2021

 

Le lendemain lundi, la grue s'installe sur le quai.
Suzanne n'a pas le vertige !

Bilan 

40 Kilomètres
26 heures de chauffe

 

Sources

 

Page précédente