Les atouts du n°643
et les autres locotracteurs

Le n°643 est le seul rescapé qui ait été restauré avec le souci de préserver l’intégralité de ses pièces d’origine. Il est en état de marche et apprécié du public à l’occasion des journées Portes-Ouvertes, des journées du Patrimoine et des sorties hors de notre réseau.

Il allie à la fois les productions des firmes Decauville fleuron de l’industrie française au XIXème siècle et CLM dont les moteurs ont équipé nos armées, nos industries et les matériels agricoles.

En 2007 il a fait l'objet d'une demande d'inscription à l'inventaire supplémentaire des Monuments Historiques.

Il existe trois autres exemplaires en France dont un identique. Trois sont dotés d'un moteur CLM CR1 monocylindre vertical à refroidissement par eau, d'une boîte à deux vitesses avec inverseur et d'un embrayage par friction. Leur puissance est de 10 Cv, et la conduite facile et agréable. 

Un mot de ceux qui existent en état de présentation :

  Le locotracteur N°686 de Pascal Durand. Ce locotracteur vient également de Risle Vallée. Henri Gaumont avait acheté les deux à une ancienne briqueterie à une date inconnue. Il est un peu différent. En outre, les cornières de la cabine sont inversées (le L vers l'extérieur, et la barre de renfort sous le châssis au niveau de la cabine n'existe pas).
Ce locotracteur est appelé à circuler prochainement.
(Photos Pascal Durand)
Le locotracteur Decauville N°659 de 10 cv conservé à l'ex. Musée des Travaux Publics Emile Pico dans les Bouches-du-Rhône. C'est exactement le même que celui du CFC à l'exception du toit qui est horizontal et non pas de forme arrondie.
(Photo Musée Emile Pico)

Le locotracteur Decauville n°607 qui a servi d'enseigne à la célèbre firme pendant des années.
(photo G. Stouvenel, extraite du livre "Decauville ce nom qui fit le tour du monde" - Bailly - Editions Amattéis - 1989).
Avec l'aimable autorisation des Editions Amattéis.

Le n°607 de 1928 est l'un des premiers locotracteurs de cette série. Il est équipé d'un moteur à essence Ballot type 4, n°40648. Mis en voie de 50, il est toujours accompagné de son wagonnet. Le capot moteur est plus large, les portes semblent plus longues et possèdent deux poignées.
Curieusement, le radiateur est à l'intérieur de la cabine, mais c'est bien le même style que sur le N°643. À droite on reconnaît bien les leviers de changement de marche et de vitesses. Ils sont inversés par rapport aux autres locos. En revanche, le levier de frein a une implantation différente. Quant à la sablière en bois, elle est plus rustique, mais à la même place. Noter le klaxon à poire. Le coffre à outils a disparu.
Le châssis est plus léger, moins renforcé, mais de même encombrement et sauf erreur, il peut accueillir un roulement en voie de 60, vu la distance entre la roue et la boîte.