Baguenaude

Baguenaude sur la Petite Ceinture - Du raccordement de la Bastille à Ménilmontant

Marc André Dubout

Le raccordement en lui-même fait l'objet d'une autre page.

Nous reprenons notre route à la station Bel-Air sur la Petite-Ceinture. 


La gare de Bel-Air-Ceinture a été fréquentée par 787 000 voyageurs par jour à une époque et voyait passer de 132 à 172 trains quotidiennement.
La ligne de Ceinture passe au-dessus de celle de la Bastille avec laquelle elle est en correspondance entre les rues Montempoivre et du Sael. (PK 21).


La gare de Bel-Air (1888) par Paul Désiré Trouillebert (1829-1900).


La station Bel-Air-Ceinture, au-dessus de voies de Paris-Bastille.


La station se situe rue du Sael dont on voit le pont au PK 21 Km.


Le BV a disparu, seuls les quais hauts ont été conservés. Vue en direction de Nation.


Mais bien vite l'aventure se termine par une porte grillagée au niveau de l'avenue de Saint-Mandé. La sur-élévation du grillage ne permet pas son franchissement.
Je redescends à l'accès de la Villa Bel-Air.


Je suis la Villa Bel-Air qui longe la Petite-Ceinture. La partie comprise entre l'avenue de Saint-Mandé et la rue du Niger a été ouverte par l'organisme gérant la ligne de Petite-Ceinture qui fait face aux habitations. Avant l'annexion de cette partie du territoire de la commune de Saint-Mandé à celui de la ville de Paris en 1860, cette voie était déjà présente sous le nom de "rue Projetée" sur les plans cadastraux des années 1850.


J'arrive à l'avenue de Saint-Mandé que traverse la Petite-Ceinture par un pont en colonnes de fonte.


Le pont au-dessus de la rue de la Voûte. Pour utiliser les colonnes normalisées, une pile de pont en maçonnerie a été édifiée.


Le cours de Vincennes et les stations terminales de tramways.
Peu après la la ligne traverse le très large cours de Vincennes où les tramways se relaient.
La ligne quitte le 1e 12ème arrondissement pour entrer dans le 20ème . Cela devient difficile de la suivre hormis le long des rues mais on ne voit rien.


Immédiatement après le cours de Vincennes l'ancienne et importante gare de l'avenue de Vincennes s'étendait sur plusieurs centaines de mètres. (PK 22).
Tout est fermé par des grilles, impossible de voir le site dans son état actuel.


La station de l'avenue de Vincennes (porte de Vincennes). L'environnement industriel est important. A gauche du cliché l'usine à gaz de la porte de Vincennes dont on voit les réservoirs.


L'usine à gaz du cours de Vincennes a connu les célèbres "Nogentais" (tramways parisiens). Elle a disparu comme beaucoup d'autres dans les années soixante, remplacée par le gaz naturel de Lacq, d'Algérie ou de Russie.
A cet endroit un projet d'aménagement de la Petite-Ceinture comprend la section entre le Cours de Vincennes et la rue du Volga (un petit kilomètre). Il s'agit de sécuriser le cheminement et le rendre accessible aux personnes handicapées.
La surface projetée est de 20 470 m2.
En suivant la rue des Maraîchers, on atteint rapidement la rue de Lagny où subsiste encore le dernier passage à niveau de la capitale. Il est utilisé par le centre de remisage de la RATP.


L'atelier de maintenance de Charonne (ligne 2)


Sur la photo de droite on voit la voie s'enfoncer dans le souterrain. Sur celle de gauche elle va vers les ateliers qui sont embranchés sur la Petite-Ceinture.
L'atelier a été ouvert en décembre 1877.


L'atelier de la RATP est embranché sur la petite-Ceinture à la gare de Charonne-Marchandises.
Côté atelier, noter la présence du heurtoir escamotable.


Elévation du B.V. de la gare d'Avron. (PK 23).

 
Rue Ferdinand Gambon où se situait la station Rue d'Avron.               Un vestige de la station Rue d'Avron.


Pont de la rue de la Croix-Saint-Simon (partie Nord de la station Rue d'Avron).


Le pont de la Petite-Ceinture rue d'Avron.


La rue d'Avron avec le tramway ligne 4 de la STCRP.

Photo Sprag75
Gare Rue d'Avron en 2009.

 
Rue Florian, un bâtiment qui ressemble à un bâtiment de chemin de fer.

Photo Albert Broise
Gare de Charonne-Marchandises.


La gare de Charonne au-dessus des voie. Au fond le souterrain de Charonne qui ressortira à Ménilmontant. (PK 24).


En haut de la rue Florian, on débouche sur la rue de Bagnolet où se trouve la station Charonne.


De l'autre coté de la rue, la voie en tranchée s'enfonce dans un souterrain de plus d'un kilomètre.
Elle passe ensuite sous la rue des Pyrénées, longe toujours en souterrain le cimetière du Père Lachaise, la place Gambetta...


... puis ressort au niveau de la rue de Ménilmontant juste pour quelques centaines de mètres pour accueillir dans cet espace la charmante gare de Ménilmontant.

Pour franchir les coteaux de Charonne et de Belleville, deux tunnels ont été construits, le premier entre Charonne et Ménilmontant long de 1018 m. et le second entre Ménilmontant et Belleville, long de 1124 m.

Autrefois, village, puis faubourg de Belleville, Ménilmontant est devenu parisien en 1860 sous le Baron Haussman. Cette gare bien que disparue a gardé le charme champêtre du temps jadis. La nature a repris son emprise sur le lieu. Chemin pavé, grille en fer forgé, escalier de pierre, l'empreinte du passé est toujours présente.


La sortie du tunnel, côté Charonne.


Les accès à la gare comme ils étaient au XIXème Siècle.

 
La voie en courbe comme le montre les nombreuses cartes postales.  (PK 25).

 
La passerelle au-dessus des voies est toujours en place.


L'entrée du tunnel, côté Belleville. Il mesure 1124 mètres et débouche dans le 19ème arrondissement après avoir traversé le parc des Buttes Chaumont.


Les nombreuses cartes postales de l'époque montrent un quartier champêtre très largement arboré mais déjà bien occupé par les habitations. (PK 25).

 

Une association de sauvegarde de la Petite-Ceinture a été créée en 1992 avec pour objectif de défendre l'ensemble de la ligne et d'éviter son démantèlement.
https://petiteceinture.org/

Notes :

Sources :

  •  
  •  

Sites :

  •  

 

Si une image de cette page vous paraissait non libre de droits, merci de m'en faire part

Page precedente

—