Le chemin de fer et la littérature

Un peineux avait pris eun' foués
L'mêm' train qu'son voisin : un bourgeoués.
L'train les roulait ben doucett'ment
Chacun dans leu' compartiment :
En troisièm' class el' pauv' peineux
Guerdillait su' un banc pouilleux,
Tandis qu'en première el' bourgeoiés
S' carrait l'cul dans l' v'lours et la souée.
Mais 'tt' à coup, avant d'arriver
V'là l'train qui s'met à dérailler,
Et quand qu'après on détarra
Deux morts qu'avint pus d'têt' ni de bras,
Qu'était l'bougeoiés ou ben l'peineux.

Gaston COUTÉ

Gaston COUTÉ est un " poète de la chimère " dont le chant est ramené, par le vent, la nuit, dans les coins de Beauce dans la froidure d’hiver. Poète et chansonnier et aussi " cheminot " Gaston Couté (1880-1911) quitte les bords de la Loire à 18 ans pour Paris. Il bâtit une oeuvre, âpre, ardente, sans concession, livrant ses textes pour quelques sous. Il meurt à 31 ans, miné par l’alcool, la révolte et la misère des hommes.

NdlR : Gaston Couté, un poète méconnu, une oeuvre majeure.

Page précédente